Marie Bathellier > Ralentir / Slowing Down

RALENTIR

Le sentiment du paysage exploré au cours de l’ histoire de l’ art, raconte toujours l’ interpénétration de l’ esprit humain et de l’ esprit de l’ univers vivant.

Marie Bathellier élabore une oeuvre personnelle de paysages infusés qui se distinguent par leur intense poésie et leur épure.

«  Je crois à l’ infusion des paysages dans l’ esprit «  raconte Sylvain Tesson en parlant des vertus de la marche. 

L’ artiste s’ échappe régulièrement en randonnée, et ainsi, convoque et libère son inspiration. Marcher exerce le regard grâce à l’ immersion et à la lenteur.

Choix et amour des matériaux. Prolongation. La dimension sensorielle du tissus suscite un sentiment de liberté qui rend léger et heureux.

L’ artiste plonge dans des bains successifs des pièces de draps anciens.

Dilution de couleurs pigmentaires dans une piscine d’ eau. Songes et images de lacs et de mers. Infusions. Longues explorations de bains calmes ou juste fouettés, d’ immersions du tissus sec ou préalablement mouillé.

Répétition aux fils des jours de l’ acte protocolaire aux variations multiples. Diffusions, séchages, recherche de lignes souples, d’ espaces colorés qui respirent, d’ horizons qui s’ éveillent.

À travers ce travail, Marie Bathellier fait remonter à la surface du tissus ces paysages qu’ elle aime emprunter, arpenter, imaginer.

Traversées de la matière et de l’ esprit. Invitation au lâcher prise et à la rêverie.

Ces paysages paraissent comme un abandon confiant et révèlent autant la sensibilité de l’ artiste que de celui qui les contemple.

 

Tissus mais aussi bois et pierre. Par de subtils dégradés de couleurs de terre, d’ eau et d’ air lovés au coeur de tranches d’ arbres ou de galets cassés, l’ artiste crée des miroirs d’ état des lieux et d’ âmes.

À travers ces séries, présentées sous forme d’installations ou d’oeuvres photographiques, Marie Bathellier décline des paysages immersifs, dans une économie graphique et minimale. 

Ses disques proviennent d’arbres tronçonnés, dont chaque essence procure des surfaces et teintes différentes : sur ces cercles de chêne, cerisier, eucalyptus ou bouleau, elle vient étendre son travail de peinture.

Comme à travers un objectif, une longue vue ou un hublot, l’artiste nous invite à plonger dans ces compositions circulaires traversées par une ligne d’horizon.

La couleur construit et dynamise ces micro - paysages essentialisés. Pureté des lignes. Paysages où force et douceur se mêlent et où circule une énergie paisible.

Ses galets cassés sont cherchés sur les cotes sauvages de l’ île.

Des recherches désirant s’ inscrivent dans un climat générateur d’apaisement, de silence.

SLOWING DOWN

The sentiment of the explored landscape through the history of art always retells the interpenetration of the human spirit with the living universe.

Marie Bathellier develops a personal art of infused landscapes notable for their intense poesy and blueprint.

“I believe in the infusion of landscape into the soul” tells Sylvain Tesson, speaking of the virtues of hiking.

The artist escapes regularly to hike, and thus, summons and frees her inspiration. Walking exercices the gaze through the immersion and the slowness.

Selection and love of the materials. Prolongation. The sensorial dimension of fabrics triggers a feeling of freedom that brings lightness and happiness.

The artist deeps pieces of old fabrics in successive baths.

Dilution of pigment colors in a pool of water. Dreams and visions of lakes and seas.

Infusions. long explorations of calm or barely whipped baths, of immersions of dry or pre soaked fabric.

Repetition over the days of the protocol act of multiple variations. Diffusion, drying, searches for fluid lines, for colored breathing spaces, for awakening horizons.

 

Through this work, Marie Bathellier make the landscapes she loves to roam, travel and imagine, rise back to the surface of the fabric.

Travels across matter and spirit. Invitation to let go and daydream.

These landscapes seem like a trustful surrender and reveal as much the sensitivity of

the artist as of the one who beholds them.

Fabrics but also wood and stone. Through subtle gradients of earth, water and air nestled in the heart of tree branches or split pebbles, the artist creates mirrors of state of facts and consciences.

Through these series, presented as installations or photographic artwork, Marie Bathellier offers immersive landscapes, in a graphic and minimalistic economy.

Her discs come from sectioned trees, through each essence provides different surfaces and shades: on these circles of oak, cherry, eucalyptus or birch, she comes to lay her painting work.

As through lense, spyglass or porthole, the artist invites us to dive into these spheric compositions crossed by a skyline.

Color builts and energizes these micro landscapes brought to their essence. Purity of the lines. Landscapes where strength and softness mix and where flow a peaceful energy.

Broken pebbles collected from the wild coast sides of the island.

Researches desiring being part of a mood generating appeasement, silence.